Culture | 08.07.2012

Nouveaux talents de Haute-Savoie

Texte de Anne Maron
Un festival, c'est avant tout partir à  la découverte de nouveaux talents, à  l'image des Green Valley Vibes. Lauréats du tremplin Montjoux 2012, ils ont eu la lourde tâche d'ouvrir la deuxième soirée au bord du lac Léman sous un ciel qui semblait menaçant mais qui a vite laissé place à  une belle nuit étoilée au fil de la soirée.
Vendredi soir au Montjoux Festival, le groupe Green Valley Vibes... ...et le rock déjanté des Defibrillators. (photos : Anne Maron)

Il n’a pas fallu longtemps aux neuf musiciens originaires de la Vallée Verte pour mettre le feu à  la grande scène et conquérir le public avec leur univers festif, orienté vers le reggae et le ska. Sur la scène des nouveaux talents, on retrouve également Madvig, un groupe également haut-savoyard qui existe depuis déjà  17 ans. La base fondatrice de Madvig, c’est sans aucun doute l’amitié des trois membres qui semblent se connaître depuis toujours. Influencés par la chanson française et la musique du monde, leur univers rassemble également toutes leurs rencontres et leurs voyages. Matthias, auteur de tous les textes qu’il prend soin de composer en rimes, fait ressortir dans ses paroles tout ce qu’il a au plus profond de lui, ses colères, ses joies, ses peines. L’accompagnement semble même déjà  s’adapter parfaitement aux textes pour nous offrir de la véritable poésie musicale. Le groupe marche donc sur les pas des Ogres de Barback, La Rue Kétanou ou encore Les Têtes Raides, à  la différence près qu’ils cultivent davantage une part de mystère en choisissant les « petits sentiers » comme ils disent. Madvig est donc un groupe dont il faut savoir partir à  la recherche afin de mieux apprécier la sensibilité qui en émane.

 

Sans oublier les scandaleux Defibrillators qui nous offre un rock dégénérant. La phrase d’accroche du groupe annonce déjà  la couleur : « Sin, degradation, vice, debauchery, insanity.The truth about The Defibrillators». A l’image de leur musique, les membres du groupe sont tout aussi déjantés, préférant ne pas se prendre au sérieux et partir dans tous les sens dès que l’occasion se présente. C’est donc lors d’une interview qui ressemblait plus à  une déconnade sympa entre potes que j’ai pu rencontrer M. Newton TBag, Floose de Nazareth, Sven Svindal, Didi Dragster et Stoof. Originaires de Thonon, les sept garçons se connaissent depuis leur adolescence et c’est lors d’une soirée qu’ils ont créé The Defibrillators. Finalement, la soirée s’est terminée et le groupe est resté, jouant toujours plus fort pour se faire entendre sur la scène rock française. Avec des influences telles que les Stooges ou The Wailers, le groupe anglais fondateur du punk dans les années 60, ils ont créé leur propre univers qu’ils retranscrivent sur scène avec une énergie débordante, un chanteur déjà  charismatique et un professionnalisme impressionnant.