31.07.2012

Mettre en avant ses compétences

Texte de Juliette Ivanez
Au vestiaire, au bar, à  la sécurité... Partout de jeunes personnes aux couleurs du festival se rendent disponibles environ 18 heures par jour sur toute la durée de l'évènement.
Raphaël est staff au Montreux Jazz Festival. Il travaille au Mediacenter, qui accueille et sert les journalistes présents. Photo: Eva Hirschi

Au vestiaire, au bar, à  la sécurité… Partout de jeunes personnes aux couleurs du festival se rendent disponibles environ 18 heures par jour sur toute la durée de l’évènement.

A l’accueil du Mediacenter, espace dédié aux professionnels des médias, Raphaël Rück a pour tâche de distribuer les accréditations réservées aux journalistes. « Je leur donne chaque jour un bracelet pour qu’ils aient accès aux salles, aux coulisses, parfois même aux scènes », précise le jeune étudiant de 23 ans. « Je m’occupe aussi en partie des photographes: il faut leur donner des casiers et les mettre sur des listes pour chaque concert afin qu’ils aient accès à  la fosse réservée pour eux ».

 

«Un plus pour le CV»

Qu’est-ce qui pousse les jeunes à  s’engager dans pareille aventure? Le fameux pass bien sûr, qui donne accès à  la totalité des concerts sur toute la durée du festival. Mais ce sésame n’est de loin pas la motivation première pour Raphaël, qui voit dans ce poste une prolongation de son intérêt pour le journalisme. « J’ai fait des études journalistiques, et donc pour moi le Mediacenter est vraiment un plus pour le CV », explique-t-il. « J’ai pu rencontrer des professionnels de toute la Suisse, discuter avec des gens intéressants ».

Sur le Montreux Jazz Festival, les bénévoles ne sont pas recrutés au hasard. Chacun est assigné à  un poste en fonction de son expérience et de ses compétences. « C’est notre CV qui décide ce dont nous serons chargés», précise le jeune bénévole. «Il est possible de demander un poste particulier mais au final, ce sont surtout nos compétences qui déterminent les tâches qui nous seront dévolues. »

 

«Presque de l’exploitation»

Si Raphaël apprécie l’ambiance joyeuse qui règne au sein de l’équipe, il espérait pour sa première participation au Montreux Jazz un travail un peu plus diversifié et dynamique. « Il y a quand même eu des moments où on avait beaucoup de temps à  tuer », confie-t-il. Songe-t-il à  revenir l’année prochaine? « Pourquoi pas, mais à  un autre poste, où il faut plus bouger », tranche le jeune homme.

Quant aux avantages réservés au staff, ils ne sont pas toujours à  la hauteur des attentes de chacun; « Le défraiement est vraiment minime ». Un bénévole reçoit une somme de 50 francs par jour, dont sont retirés 20 francs si la personne est logée dans l’internat mis à  disposition par le festival. « 30 francs pour 8 heures de travail…c’est presque de l’exploitation », avoue Raphaël.

 

Ambiance bon enfant

L’étudiant retient malgré tout des points très positifs de son expérience de bénévole. « Je sais que je suis très critique », confie-t-il. « Mais d’un autre côté on s’est bien amusés, et il y a eu une bonne entente entre le staff et les responsables ».

Et dans un environnement de travail qui se veut accueillant et festif, les contraintes et la pression sont moindres: « La consigne principale était de rester très aimable avec tout le monde, en particulier avec les artistes car c’est vraiment la politique du festival. Mais l’ambiance reste très décontractée ».

Le jeune homme a particulièrement apprécié l’espace de vie aménagé pour les bénévoles, la « ville du staff » comme il l’appelle. « C’est un monde à  part. Il n’y a que des staff partout, qui courent dans tous les sens. On dirait une grosse machine! ».

 

Au sous-sol, un bar privé met en permanence à  disposition de l’équipe du festival de la petite restauration et des boissons bon marché. Et pour des jeunes gens qui sont aussi là  pour faire la fête, la convivialité reste un facteur important dans l’évaluation de leur expérience de travail. « Je cherchais quelque chose à  faire pour meubler mon été; et ce job est quand même un moyen vraiment sympa de passer le temps. »

 

Quelques chiffres

Pas moins de 1200 volontaires contribuent chaque année pour constituer le staff du Montreux Jazz Festival. A titre comparatif, l’équipe du Paléo rassemble plus de 4400 heureux motivés, et celle de Caribana compte 650 bénévoles dans ses rangs. -¨A Montreux, ce sont plus de 30 secteurs différents qui offrent à  de jeunes enthousiastes la possibilité de s’engager dans l’organisation de l’un des plus grands festivals de Suisse.

 

Ähnliche Artikel