Culture | 15.07.2012

En terre inconnue

Texte de Estelle Baur
Les jours passent et ne se ressemblent pas au Festival de la Cité. Retrouvez un aperçu des artistes qui se sont produits samedi soir dans différents lieux de Lausanne.
Le théâtre itinérant de "Elle & Lui" La musique colorée de Lanciné Kouyaté et David Neerman Et la troupe Spettatori samedi au Festival de la Cité. Photos: Zeina Takache

En terre inconnue avec Kouyaté-Neerman

Que se passe-t-il lorsque le Festival de la Cité décide de croiser les routes du balafoniste malien Lanciné Kouyaté et du musicien de jazz français David Neerman? On assiste à  une musique vibrante, aux accents d’ailleurs. Revisitant les thèmes des grands titres du jazz ou osant se jeter dans de grandes envolées improvisées, les deux vibraphonistes d’exception explorent de nouveaux univers musicaux, de nouvelles possibilités mélodiques.

 

Accompagnés d’un batteur et d’un contrebassiste, Kouyaté et Neerman dévoilent leur virtuosité incroyable. Ils semblent jongler avec les baguettes à  une vitesse folle. C’est, du moins, ce que semble confirmer les rythmes linéaires de l’accompagnement. Quelques effets sonores et de nombreuses nuances ajoutent quelque chose de magique à  ces compositions.

 

Certains, sans doute surpris par l’innovation dont font preuve ces musiciens, quittent les lieux assez rapidement. Mais la place du château ne dément pas sa réputation de plus grande place du festival et accueille, cette fois encore, de nombreux auditeurs.

 

Le théâtre itinérant de Elle & Lui

Tout le monde se donne rendez-vous au départ du spectacle « Elle & Lui », où l’on nous prête lecteurs mp3 et petits tabourets. Et c’est parti pour un tour de la ville en compagnie de la troupe! La production Dahlia présente ainsi sa dernière création originale.

 

Guidés par un étrange individu, lunettes noires, soutane et échasses, nous arpentons les rues du chef-lieu du canton sous les yeux étonnés des passants. Lorsqu’on s’arrête, un couple nous raconte ses moments de vie, heureux ou moins heureux, toujours terriblement vrais. On rit, on pleure et on s’attache énormément à  ces deux personnages qui nous placent face à  notre propre réalité.

 

Armés d’un jeu naturel, intense et très complice, les acteurs de cette production ne laissent pas de marbre. La majorité du public finit d’ailleurs debout. Un spectacle émouvant qu’il ne fallait manquer sous aucun prétexte.

 

Mise en abime avec Spettatori

Infiltrés au milieu des spectateurs, les membres de Spettatori, troupe de théâtre de mouvement, sèment une confusion impressionnante parmi les Lausannois. Rappelés à  l’ordre par le staff du festival et une voix au microphone, ils se retrouvent rapidement sur scène: « Vous n’êtes pas dans un cirque, comportez-vous comme des personnes normales ».

 

Voilà  des spectateurs observant des spectateurs… Le public rit à  gorge déployée. Bientôt, musique, danse et acrobaties s’en mêlent. Le tout s’avère très bon enfant, plein de fraicheur et de spontanéité. « Où allez-vous donc? », gronde la voix – qui n’est pas sans rappeler « Big Brother ». « Vous ne pouvez pas quitter la scène comme cela ».

 

S’ensuit un orchestre absurde dirigé par un chef de cŠ«ur en papier. Spectacle de fantaisie et de grande poésie dans lequel chacun peut s’interroger et sourire. Spettatori offre ici une création prônant tour à  tour remise en question et mise en abime. Au final, une standing ovation.