17.07.2012

Art et respect

Texte de Joëlle Misson
Rassembler trente enfants d'origines multiples au travers d'un projet socio-artistique, c'est ce qu'entreprend l'association Mètis'Arte grâce à  son projet «Théâtr'évasion».
Pièce présentée par les participants à  Théâtr'évasion en 2011 à  Berne.Théâtr'évasion à  Bâle, en 2011. Photos: theaterflucht.ch

Trente enfants, dix animateurs volontaires et trois formateurs, tous d’origine différentes; c’est un melting-pot sur fond théâtral et social qui se déroulera durant l’été à  la Fraternité, à  Lausanne.

Le but premier du projet Théâtr’évasion est de réunir des enfants – et parents par la même occasion – vivant stablement en Suisse et des requérants d’asile au travers d’un projet artistique. Encadrés par une équipe de professionnels, la trentaine d’enfants entre 7 et 11 ans participeront à  un «camp de vacances» du 6 au 11 août. C’est durant ce temps qu’ils créeront la fameuse pièce qu’ils présenteront au public le dernier jour du camp.

 

Mais les enfants ne seront pas seuls à  profiter de ce projet, pour la première fois mis en place en Suisse Romande. Initiateur du projet, le Service Civil International (SCI) formera 10 volontaires suisses et internationaux dans des sujets tels que la migration, le théâtre comme outil de travail pédagogique et le travail pour la paix. La formation durera du 29 juillet au 5 août, suivie immédiatement de la mise en pratique durant le camp d’enfants.

 

Pour les jeunes volontaires qui se formeront, il s’agit d’avoir la possibilité «de se former de façon participative aux outils du théâtre social», développe Maura Robertazzi, coordinatrice du projet à  Lausanne. Vivre un projet socio-artistique permet également selon elle de «partager le savoir acquis ailleurs.» Et en tant que groupe international, les volontaires aussi auront l’occasion de vivre une expérience inter-culturelle durant leur semaine de formation.

 

«Nous souhaitons transmettre des valeurs telles que la solidarité, le respect de soi et des autres, l’accueil des différences et l’inter-culturalité , explique Maura Robertazzi. Elle affirme par ailleurs avec conviction que l’art est un moyen de communication qui parle à  tout le monde car «il n’a pas de langue, mais est un langage en soi».

Un projet socio-artistique tel que Mètis’Arte le conçoit permet d’exercer et développer des compétences nécessaire à  la démocratie «comme la prise de parole, l’écoute des autres, l’expression de ses idées et opinions, le dialogue, trouver des solutions dans l’intérêt collectif…»

 

Mètis’Arte a reçu la proposition du SCI de mener ce projet en Suisse Romande. Théâtr’évasion a en effet vécu sa première édition en 2011 dans les villes de Bâle, Berne et Zürich. Cette année, Lausanne vient s’y ajouter et Berne se voit remplacée par Bienne pour un camp en français.

Créer des ponts entre l’art et le social, c’est ce à  quoi s’engage Mètis’Arte dans toute la Suisse romande aux travers de divers ateliers d’expression créative pour enfants, adolescents ou adultes ou de projets artistiques au sein de différents événements.