Culture | 25.07.2012

37ème édition bouclée!

C'est la fin de Paléo et aussi l'occasion de battre le record du nombre d'entrées avec plus de 45'000 festivaliers! Retour sur un dimanche de fête et riche en souvenirs.
Le dernier jour du festival a débuté avec 77 Bombay Street. Et le traditionnel feu d'artifice a officiellement clôt le festival, juste avant la prestation de David Guetta. Photos: Maxime Lonfat

On vous l’avait dit (dans l’article « Tout en douceur? »), «Last but not Least»: les festivités ont débuté à  15h45 déjà  avec le groupe très féminin mmmh!. La suite de la journée et la nuit s’annonçaient plutôt chargées.

 

Dans les artistes à  découvrir, on ne pouvait que conseiller 77 Bombay Street, groupe de pop-rock mélodique d’origine suisse. Sans parler de leur accoutrement, on apprécie rapidement la qualité de leur anglais, certainement dû au fait que les 4 frères ont tous vécu en Australie au 77 de la Bombay Street, justement. Leur accent australien était berçant et envoutant, tout comme leur musique.

 

Le début de soirée a été marqué par une pointe d’humour, avec Kev Adams qui a donné son spectacle dans une version revue rien que pour la Suisse. L’humoriste a joué sur la rivalité entre les cantons, glissé que Micheline Calmy-Rey avait de la barbe… Si on connaissait déjà  son spectacle, celui-là  aura pu paraitre très différent ne serait-ce que pour les références helvétiques qui s’y trouvent; sans compter que Kev s’est mis à  improviser certaines de ses blagues sur les différents cantons.

Ce qui donne à  son humour sa particularité est qu’il parle de choses vraies, qu’il touche au vécu des personnes et particulièrement des jeunes. Séduit, le jeune public mais aussi les « vieux »; « ceux qui ont plus de 30 ans » comme il dit, n’ont cessé de l’applaudir et de l’acclamer.

 

Aux alentours de 23h, c’était l’heure du grand feu d’artifice. L’occasion pour tous de se poser, de se taire et d’apprécier le spectacle, tête tournée vers le ciel. Le moment a semblé magique, mais aussi triste, car la fin proche se faisait ressentir.

 

David Guetta a enchainé, après quinze minutes de répit. La star, qui a pour habitude de skier dans les Alpes valaisannes, s’est dit être « à  fond ». Il a annoncé fièrement que le record d’entrées était battu. Si hier, on disait que le show de Bénabar avait une infrastructure évoluée, David Guetta a fait encore plus fort. Les effets de lumières étaient impressionnants, et flashaient dans tous les sens, dans une harmonie de couleurs.

Et David Guetta se trouvait au centre de tout cela. Point négatif, mais usuel avec cet artiste, le tout est devenu rapidement répétitif. Les flashs, si bons et impressionnants au début commençaient à  devenir lassants, et donnaient envie de fermer les yeux. Dans tous les cas, c’est certain, son show représentait un sacré cachet et son ampleur était inévitable.

 

En parallèle et pour clôturer le festival, on a fait la découverte d’Addictive TV. Du VDjing effectué avec un sacré talent qui valait le détour. Amusant et rythmé, les sons et images ont fait danser les derniers festivaliers avant de devoir, déjà , dire au revoir au Paléo.