Culture | 12.03.2012

Live Free Not Troubled

Texte de Anne Maron
L.F.N.T. Quatre lettres pour une aventure musicale très personnelle. Direction Tel-Aviv en Israël à  la rencontre de Ran Nir, pour en savoir un peu plus sur l'élaboration de son projet.
Le musicien Ran Nir (photo : Nizan lotem & Ariel Florsheim) "Pour moi, l'Eléphant -“ ou LFNT- signifie exister pour soi-même, faire face aux déceptions et être fidèle aux valeurs de l'amitié et de la famille. "

 

Asaf Avidan and The Mojos, The Wrong Demons… Depuis qu’il a 15 ans, le nom de Ran Nir a toujours été associé à  celui du bassiste de différents groupes. Depuis 2006, l’aventure au sein des Mojos le conduit à  travers les Etats-Unis, l’Inde, le Canada, la Chine, et les plus grands festivals d’Europe, sans parler des nombreux concerts en Israël. Leur premier album, « The Reckoning », se voit même remettre un disque de platine pour récompenser la meilleure vente jamais réalisée en Israël par un label indépendant.

 

Aujourd’hui, Asaf Avidan a entamé une tournée solo un peu plus folk avec sa guitare et son harmonica, et les Mojos ne jouent plus ensemble. Mais pas question pour le bassiste d’abandonner la musique pour autant : « La première chose à  laquelle j’ai pensé, c’était de continuer à  faire ce que j’ai toujours voulu faire : remonter sur scène et  faire de la musique.  Après avoir été si longtemps dans un groupe, j’avais envie de me mettre en avant et de donner une chance à  ma propre musique d’exister. » Petit à  petit, il pose ses mots sur le papier, compose quelques accords, retravaille de vieux enregistrements et en crée de nouveaux dans son studio maison. Puis, le projet s’élargit et Ran invite quelques-uns de ses amis sur sa réalisation. Yoni « Joni Snow » Sheleg, le batteur des Mojos et de The Wrong Demons, participe à  la production de l’album en composant quelques morceaux tandis que Joseph E-Shine, guitariste dans plusieurs groupes à  Tel-Aviv, coproduit le projet et permet à  Ran d’enregistrer ses compositions dans un studio grandeur nature pour une meilleure qualité sonore. Tous trois sont les piliers de la réalisation de l’album, Tales of a Drunken Man, qui est finalement bien plus qu’un projet solo. Ce projet, il faut également le financer. Après avoir commencé à  investir de sa poche, Ran mise sur la solidarité en inscrivant L.F.N.T. sur un site internet israélien de financement participatif, Headstart.

 

Mais au fait, que se cache-t-il derrière ces quatre lettres ? Pour le savoir, il faut remonter à  sa première vraie expérience musicale avec trois de ses meilleurs amis, à  21 ans, et à  sa première grosse déception lorsqu’il a été renvoyé du groupe. S’ensuit une période plutôt sombre pour le musicien. « J’ai décidé que ça n’allait pas me décourager, que je ferai tout pour surmonter cette mauvaise passe et aller de l’avant avec mon tout nouveau groupe Asaf Avidan and the Mojos. C’est comme ça que m’est venue l’idée de m’approprier la métaphore de l’éléphant, et lorsque nous avons décidé de nous arrêter avec les Mojos, j’ai voulu emmener l’éléphant encore un peu plus loin. Pour moi, l’Eléphant – ou LFNT- signifie exister pour soi-même, faire face aux déceptions et être fidèle aux valeurs de l’amitié et de la famille. »

 

Et si on assimile souvent la musique de Ran Nir à  celle de grands noms du rock tels que Beck, Tom Waits, Jack White ou encore The Black Keys, son univers lui ressemble avant tout. C’est aussi au travers de ceux qui l’entourent qu’il va chercher son inspiration : « Je suis et ai toujours été inspiré par les gens biens qui essayent de faire le bien autour d’eux, qu’ils soient musiciens, acteurs, écrivains, poètes, docteurs, scientifiques, physiciens ou encore professeurs. » Dans un univers de poésie post-moderne et à  mi-chemin entre blues, rock et folk, la musique de L.F.N.T. se déguste à  travers une écriture introspective qui semble chercher les réponses de longs questionnements intérieurs.

 

Et lorsqu’on lui demande comment il s’imagine dans 10 ans : « En vie, j’espère ! Et puis j’aimerais aussi continuer à  faire de la musique avec de bons amis, gagner assez d’argent pour assurer mes besoins, ceux de ma famille et pouvoir en aider d’autres à  faire la même chose… Live Free Not Troubled !»

 

L’album de L.F.N.T., Tales of a Drunken Man, sera disponible en Israël et en ligne vers avril/mai 2012. Vous pouvez déjà  découvrir quelques morceaux sur le site internet : http://lfnt.bandcamp.com/album/tales-of-a-drunken-man-demo-versions