27.03.2012

Le crowdsourcing au service du Rap

Texte de Tamina Wicky
Si vous avez déjà  écouté du Rap une fois dans votre vie, vous aurez sûrement constaté que le texte y tient une place primordiale.
Le concept de "Rap Genius" (image : rapgenius.com)

Si vous n’avez pas beaucoup d’affinité avec cette musique, des paroles compliquées voire obscures vous auront peut-être fait privilégier des artistes (souvent non-francophones) se concentrant sur l’aspect musical plutôt que sur l’écriture. Mais si vous êtes passionné de Hip-hop, vous aurez à  coup sûr passé des heures à  chercher l’explication de certaines phrases sur internet. Peut-être parce que vous ne saviez pas que « Newton Piyouet » s’écrivait en fait Newton P. Huey. Ou alors, parce qu’en vous renseignant sur une métaphore célèbre de Booba parlant de pain au raisin, vous vous êtes perdu sur un passionnant site de cuisine ; et vous avez fini par passer votre soirée à  confectionner un gâteau traditionnel algérien à  base de semoule.

 

Mais on n’arrête pas le progrès. « Rap Genius », un site créé par trois étudiants de l’Université de Yale en 2009, permet désormais aux amateurs de Hip-hop de comprendre les textes de leurs artistes préférés et de développer leur culture politique, musicale, religieuse, mythologique, littéraire et sportive sans trop d’efforts. Le concept est simple : les contributeurs postent des paroles de chansons sur le site et les expliquent. Tout le monde peut participer, « Rap Genius » fonctionnant, tout comme Wikipedia, selon le principe du crowdsourcing. En effet, à  l’instar de la célèbre encyclopédie, tout internaute peut commenter ou envoyer des explications que les modérateurs vont ensuite corriger et valider, assurant ainsi un certain contrôle de la qualité des publications. Les paroles provenant d’artistes de nombreux pays, des sortes « d’antennes linguistiques » ont été créées : Pays-Bas, Brésil, Russie, Allemagne,… La partie anglophone du site est néanmoins plus développée (le rappeur Nas y possède même un compte).

 

En France, les contributeurs du site s’organisent autour d’un blog, qui recense les paroles francophones et propose des interviews, des articles, des critiques d’album et même un lexique du Rap. Leur travail a été reconnu par de nombreux rappeurs français (le Twitter du site est suivi notamment par Youssoupha, Dixon, Médine,…). Le site propose aussi, en plus du Rap, des textes de Reggae (Reggae Genius), de Rock (Stereo IQ), des poèmes (Poetry Brain), voire même des commentaires de textes bibliques (Bible Genius) ou de loi (Law Genius). Mais ces deux derniers avatars du site n’ont jusqu’à  ce jour pas eu beaucoup de succès.

 

Au-delà  de la nébuleuse « Rap Genius », la nouvelle forme de partage des connaissances individuelles que constitue le crowdsourcing est en plein essor, et peut même poursuivre des buts lucratifs : certains sites comme iStockphoto sont, en effet, prêts à  payer le travail de photographes amateurs, pour ensuite le revendre à  un prix inférieur à  celui que demanderait un photographe professionnel. Ce système peut ainsi s’apparenter à  une forme de sous-traitance, à  ceci près que l’on ne fait plus appel à  des entreprises ou à  des employés mais à  la foule anonyme des internautes ; et cela ne va pas sans poser des problèmes liés aux compétences réelles des contributeurs, à  leurs intentions, leur impartialité…

 

Aujourd’hui, « Rap Genius » est visité par plus d’un million de personnes chaque semaine, témoignant d’une certaine demande du public, due sans doute à  l’absence de sites de qualités consacrés aux lyrics des rappeurs. Ce manque est d’autant plus regrettable que le Rap souffre d’une image de « musique d’analphabètes », alors que c’est précisément les textes qui font la richesse de cette musique. Malheureusement, la difficulté d’accès de ces textes (argots, références culturelles…) favorise l’émergence auprès du grand public d’artistes au discours lisse et consensuel, dont la musique entrainante masque souvent un contenu stérile. Cela entrave dans le même temps l’apparition d’artistes plus engagés ou plus réfléchis.

 

Ainsi, s’il faut saluer le travail de recensement et de documentation de « Rap Genius », c’est parce qu’au-delà  de l’intérêt du site pour les passionnés (qui de toute façon auraient trouvé les informations désirées), il y a un véritable travail de vulgarisation du Rap. Ce qui ne peut que profiter à  ce genre musical très populaire, mais souffrant malheureusement d’un réel boycott de la part de la majorité des médias.

 

Liens utiles :

Rap Genius

Rap Genius France

 

Ähnliche Artikel