Culture | 13.02.2012

Nord sonore sur Antigel

Texte de Anne Maron
Il ne manque qu'une lettre à  The Dø pour compléter le duo que forment Olivia Merilahti et Dan Levy. Invités cette année au festival Antigel à  Genève, c'est l'occasion de faire plus ample connaissance avec ce groupe franco-finnois qui enchante depuis 4 ans la scène rock-indie-folk francophone.
Olivia Merilahti et Dan Levy (photo : www.antigel.ch)

 

C’est en 2005, sur la composition de la musique du film L’Empire des loups de Chris Nahon que les deux musiciens se rencontrent. Il faut dire que Dan Levy a d’abord été compositeur de musiques de films, ce qui explique d’entrée de jeu l’univers très scénique de leurs collaborations futures. Mais avant de se consacrer uniquement à  la musique et à  la scène, le duo a d’abord continué à  accompagner musicalement du théâtre ou encore de la danse. Festival de danse et de musique, Antigel semblait donc le lieu idéal pour accueillir un groupe comme The Dø.

 

A partir de 2007,  le groupe s’adonne pleinement à  ses compositions personnelles. Ils mettent en ligne quelques chansons, dont la très populaire On my shoulders, et, grâce à  l’effervescence d’Internet, le buzz est créé. Les premiers concerts se font rapidement à  guichets fermés à  Paris et les encouragent à  signer avec le label Cinq7 pour sortir leur premier album The Mouthful en 2008. Immédiatement, la critique et le public sont conquis et The Dø se retrouve à  l’affiche de tous les festivals de l’été.

 

Le groupe se forge rapidement sa propre identité. Entre rythmes rock et mélodies folks, en passant par quelques touches de rap avec le succulent Queen Dot Kong, il n’en oublie pas moins ses origines puisqu’on retrouve ça et là  des influences nordiques. Le tout forme un univers à  la fois naïf et déterminé grâce à  une bonne maîtrise des arrangements techniques et à  un parfait éclectisme sonore.

 

Cette année, dans un lieu encore une fois atypique proposé par le festival Antigel, au centre du vélodrome, ils reviennent sur scène pour nous présenter leur dernier album Both Ways Open Jaws (2011) ; l’opus confirme la diversité de leur univers, bien que plus envoûtant et intimiste, sans doute expliqué par un enregistrement nocturne.  L’énergie de la chanteuse, tant au niveau de la puissance de sa voix que de sa présence sur scène, est toutefois toujours bel et bien présente. Immédiatement, on assiste à  une parfaite compatibilité entre la voix puissante et éthérée d’Olivia Merilahti, et l’habileté de Dan Levy à  passer d’un instrument à  un autre. Leur prestance sur scène donne ainsi une nouvelle dimension à  leur musique où une petite balade folk se transforme petit à  petit en véritable pop électro. Et à  en juger l’applaudimètre, le public en redemande.

 

A l’image de ce concert, le festival a su offrir aux Genevois des soirées d’exceptions dans une ambiance chaleureuse malgré le climat glacial de ces derniers jours. Antigel entre désormais dans la liste des festivals sur lesquels il faut garder un Š«il attentif !