Culture | 27.02.2012

De l’éclectisme en musique

Texte de Céline Bilardo
Du 09 au 12 février dernier se déroulait à  Genève la première édition des Rencontres Européennes des Ecoles Supérieures de Musique, projet mis sur pied par Eklekto, une association qui a pour but d'encourager, de suivre et d'aider des jeunes musiciens percussionnistes à  s'engager dans le monde professionnel. Eclairage.
Festival Batteries 2011, Léonzio Cherubini (crédits photo : Isabelle Meister) Festival Percussions 2011 (crédits photo : Nicolas Didier)

« Cela faisait 5 ans que je rêvais de cette rencontre » me confie Jean Geoffroy à  l’issue d’une table ronde organisée à  l’occasion des premières Rencontres Européennes des Ecoles Supérieures de Musique. Jean Geoffroy est un musicien, percussionniste, soliste et compositeur français très actif sur la scène internationale. Il est le directeur artistique d’Eklekto depuis 2004. « Cinq ans » me répète-t-il. « Car il faut savoir qu’Eklekto a d’abord été créé par Monsieur Métral, timbalier à  l’OSR, sous le nom de CIP (Centre International de Percussion de Genève) en 1965. Une idée visionnaire, unique en son temps que de mettre sur pied un Centre de recherches musicales autour des arts de la percussion ! J’ai accédé au poste de directeur avec cette envie de me servir de l’outil de l’instrument comme interface pour réunir des gens, imaginer et former des projets, monter des spectacles ». Et ces rencontres en sont le fruit. Leur enjeu est clair : se faire rencontrer différentes classes de percussions de différentes hautes écoles européennes. En coproduction avec la HEM de Genève, celles de Berne, de Lyon, de Stuttgart et de Barcelone ont répondu présent à  l’événement.

 

Fière de ne pas être une école, Eklekto est un intermédiaire, un carrefour, souligne mon interlocuteur. « Nous avons la chance d’avoir plus de liberté qu’une institution, dont la vocation primaire n’est pas celle de donner une visibilité à  leurs élèves mais de former. Elles ne peuvent le faire et c’est normal. » Eklekto compte des enseignants, des percussionnistes passionnés, prêts à  s’investir pour l’avenir de la « nouvelle génération ». Elle recherche une proximité avec l’élève qui veut avancer pour lui ouvrir des portes. Eklekto, c’est une tape sur l’épaule, un tremplin, que Nicolas Didier, percussionniste en fin de parcours universitaire à  la HEM de Genève, perçoit avec enthousiasme : « Je crois qu’Eklekto souhaite vraiment aider les étudiants en percussion en promouvant leurs projets artistiques afin de créer ce lien qui manque entre la vie d’étudiant et la vie professionnelle, toujours plus difficile ! C’est une association ouverte sur les différents courants musicaux d’aujourd’hui et dont l’intérêt se porte sur les jeunes talents d’aujourd’hui. J’espère qu’elle sera prête à  tendre l’oreille pour mes futurs projets !»

 

Une fenêtre d’expression, un espace libre à  la recherche, à  la création et à  l’invention. Eklekto se veut être tout ça à  la fois. Un brin philosophe et plein d’optimisme, Jean Geoffroy explique qu’« être musicien aujourd’hui, c’est être chercheur ; qu’être contemporain, c’est être ouvert au monde, c’est regarder le monde ». Et cette vision se ressent à  la lecture du programme musical d’Eklekto, éclectique et riche en rencontres : tous les ans, un festival ouvert à  tous, Percussion, présentant plusieurs genres musicaux, invitant des artistes internationaux. Tous les deux ans, en alternance maintenant, les Rencontres, et le festival Batteries présentant les différentes et nombreuses formes et facettes de la batterie avec l’aide des plus grands batteurs de Suisse et d’ailleurs. Sans parler des productions multiples en collaboration avec d’autres festivals, comme celui, genevois, d’Archipel ou encore le festival de musique contemporaine Usine Sonore (dans le Jura Bernois) qui se déroule le 17 et 18 mars !

 

Eklekto invite tout percussionniste, musicien, prêt à  se lancer dans un projet personnel, qu’il ait une idée ou non, qu’il veuille explorer le théâtre musical, l’interprétation de pièces de répertoire, monter un spectacle pour enfants, faire usage des nouvelles technologies, à  contacter son association. Et les autres ? À découvrir les projets ambitieux et créatifs de ces jeunes qui ont osé….Toute l’année durant.

 

 

www.eklekto.ch

 

 

Prochain rendez-vous

 

Festival Usine Sonore

17 et 18 mars 2012 à  Malleray-Bévilard

www.usinesonore.ch