Culture | 11.11.2011

Storytelling interactif

Texte de Anne Maron
A travers sa 17ème édition, le festival Cinéma Tous Ecrans nous plonge dans les nouveaux médias qui révolutionnent notre conception actuelle du cinéma. Désormais, le spectateur devient lui-même acteur de sa propre fiction.
"Le joueur, ici le spectateur, est mis à  contribution par les personnages de la série." (photo © Joëlle Misson)

Lundi matin, dans l’une des salles du centre évènementiel de l’Uptown, plusieurs intervenants sont venus s’exprimer autour d’une conférence sur le storytelling interactif, une innovation au niveau de l’industrie audiovisuelle, ou « comment faire venir la fiction dans le réel ».

 

A la suite de la diffusion samedi en avant-première des deux premiers épisodes de la deuxième saison de Braquo sur Canal+, attendue depuis 2009, les producteurs de la série policière, représentés pas Claire Leproust et Magali Gatel pour CAPA Productions ainsi que Fabienne Fourquet pour Canal+ et Thierry Hilaire de Lexis Numérique, nous expliquent leur nouveau projet associé à  la série. Le but de ce défi est la valeur participative du spectateur : l’impliquer dans la série à  tel point qu’il se sente partie intégrante de l’équipe des personnages.

 

Tout a commencé lorsque, lors de la première saison, l’équipe a eu l’idée de suivre les coulisses de la série pendant 6 mois et de partager chaque instant avec les futurs spectateurs sur le web. Le but était ici bien sûr de faire la promotion de la série et ainsi créer la demande. Mais pour la deuxième saison, ils ont mis la barre plus haut en incluant un cinquième personnage à  l’équipe de la série : vous ! C’est à  ce moment-là  que débarque le concept novateur d’ARG, Alternate Reality Game en anglais, jeu de rôle multimédia élaboré de manière à  maintenir le flou entre le jeu et la réalité. Le joueur, ici le spectateur, est mis à  contribution par les personnages de la série et de manière synchronisée avec la diffusion des épisodes pour réaliser différentes missions et ainsi se sentir lui aussi acteur de la fiction. Plus qu’un jeu vidéo,  c’est une véritable réalité alternative qui franchit les limites du virtuel. D’une simplicité d’utilisation déconcertante (il suffit simplement de posséder une adresse e-mail et un téléphone portable), cette innovation vise le grand public et notamment les fans du feuilleton. De cette manière, la série réussi d’une pierre deux coups : attirer et fidéliser son audience tout au long de la saison.

 

Et même si on peut y voir une certaine manipulation du joueur (en aucun cas sa participation ne changera le cours des évènements de la série puisque le scénario est bel et bien bouclé avant sa diffusion), on ne peut s’empêcher de revisiter les rapports qui existent entre jeux vidéos, fiction et cinéma. Une chose est certaine, le cinéma de demain sera au bout de nos doigts.