Sport | 27.09.2011

Interview: Kevin Rolland

Texte de Tamara Berger | Photos de © Tamara Berger
Tink.ch a rencontre Kevin Rolland, rider freeski, à  l'occasion de l'Event Freestyle à  Zürich. Entretien.
Kevin Rolland.
Photo: © Tamara Berger

Quand as-tu commencé le freestyle et le pipe?

J’ai commencé le ski freestyle et le halfpipe à  12 ans, mais j’ai débuté les compétitions vers 15 ans.

 

Qu’est-ce qui t’attires dans le freestyle et que signifie ce mot pour toi ?

Ce qui m’attire c’est le fun. On a des sensations tous les jours, on peut pousser nos limites. J’ai toujours adoré être en l’air depuis tout gamin et pouvoir allier acrobaties et ski, c’est énorme! Freestyle c’est du Fun combiné à  du sport !

 

Depuis combien de temps rides-tu avec Xavier Bertoni et y a-t-il de la compétition entre vous?

Je ride avec Xavier depuis que nous sommes entrés ensemble chez Rossignol, donc à  l’âge de 16 ans, ça fait un petit bout de temps maintenant. Il y a beaucoup de compétition entre nous deux, mais cela nous permet de progresser et et de devenir bon. On se pousse entre nous, on essaie des tricks, on se met la motivation, mais on a toujours envie de gagner quand même!

 

Avec quelle caméra shootes-tu les podcasts avec Xavier?

Alors ça il faut le demander à  mon cameraman Mathias Lopez. On shoote beaucoup en appareil photo avec un 5d mark II. On shoote également avec une panasonic, mais nous avons pour objectif de nous acheter une nouvelle caméra : une petite Red.

 

Quelle a été ta plus grosse blessure? Et comment gères-tu ces risques?

Je me suis blessé les ligaments croisés au genou droit en 2008 au X-Games. On gère les risques en essayant de bien s’entrainer et ne pas faire n’importe quoi. Je fais du trampoline, du water-jump et ensuite j’essaie les sauts sur la neige, ça m’évite de ne pas tout de suite les essayer en situation réelle. A part de temps en temps, si j’ai un bon coup de feeling, je tente, sinon j’essaie de faire les choses stand by step.

 

Quel est ton trick préféré?

C’est dur de dire à  chaque fois le trick préféré. Si je dois en choisir un, je dirais un trick à  sensation genre Flat 3.

 

Quels sont les avantages et les inconvénients d’être pro-rider comme toi?

Les avantages, c’est que tu pratiques ton sport favori tout en pouvant en vivre. Tu voyages de par le monde et c’est quand même un très gros privilège, même un rêve! Par contre les désavantages font partie du sport. On est sans arrêt sous pression, on est sujet aux blessures comme tu l’as dit. Ce n’est pas aussi facile que l’on peut se l’imaginer sur les photos ou les vidéos. Quand tu as une grosse pression avant une compétition, il faut arriver à  la gérer. Quand tu es attendu à  une compétition et que tout le monde souhaite que tu gagnes, il faut arriver à  la gagner! Tout ça, c’est une pression qui est difficile à  gérer, mais ça ce gère quand même!

 

Quelles sont tes passions en dehors du ski?

Je me suis acheté un Jet-Ski récemment, il y a toujours le mot ski, ça c’est une de mes passions. J’aime bien l’apnée et la plongée sous-marine.

 

Où as-tu voyagé cette année et quelles sont tes compétitions prévues?

J’ai voyagé un peu partout dans le monde. Je suis allé aux USA plusieurs fois, au Canada et tout autour de l’Europe: Autriche, Suisse. Il y a beaucoup d’endroits, je n’arrive plus à  m’en souvenir. Les grosses compétitions prévuee sont les deux X-Games, les trois Dew-Tour et deux ou trois compétitions qui vont s’ajouter que je ne connais pas encore.

 

Suis-tu un régime stricte pour le ski?

Non je n’ai pas de régime particulier, j’essaie juste de faire gaffe de ne pas manger que des cochonneries tous le temps. J’essaie d’être un minimum sain. Par contre, j’ai un programme physique, et j’essaie de m’y tenir au maximum, mais ce n’est pas évident, parce que nous avons un emploi du temps très chargé. J’essaie de m’entretenir physiquement en pratiquant la musculation et la course à  pied. C’est un programme physique qui permet d’être meilleur dans ton sport, donc je fais travailler les muscles dont j’ai besoin pour le ski et aussi pour la récupération. On s’est rendu compte qu’en milieu de saison, on était crevé et nous étions plus sujet aux blessures. J’essaie de m’entrainer pour avoir plus de faciliter à  récupérer.

 

Comment vois-tu ton avenir?

J’espère qu’il sera toujours en rapport avec le ski. J’adore mon sport, et si je peux rester le plus longtemps proche de cette industrie, cela me ferait plaisir.

 

Ähnliche Artikel