Culture | 16.08.2011

Vendredi au Rock Oz’Arènes

Texte de Annie Chemla
Revivez la soirée de vendredi 5 août aux arènes d'Avenches.
Stephen Marley Lesley Meguid Disagony. Photos: @ Annie Chemla

Le 5 août je prends la route en direction des arènes d’Avenches pour le quatrième jour du Rock’oz Arènes Festival. Le temps n’est pas des plus ensoleillés et plus je m’approche d’Avenches, plus la pluie s’intensifie. Heureusement, j’avais un peu prévu la chose et c’est munie de sacs plastiques pour les pieds et d’un beau kawé vert que je suis partie pour l’aventure d’un soir. Après un tour des horizons, afin de prendre un peu mes repères, c’est avec mes chips « Red & Hot » que je me rapproche de la scène du « Casino 20 minutes » où une petite tête blonde décolorée s’agite sur scène à  coup de rythmes bien rock. Il s’agit du groupe Disagony, qui a marqué le ton de la soirée.

 

Prochain arrêt: la Grande Scène, où Stephen Marley prend le micro. Peu amatrice du style reggae, quelque chose dans cette prestation, est pourtant envoûtant. A moins que ce ne soit l’effet de la Mary Jane qui plane au dessus de nos têtes ? Je me laisse tout de même bercer par la musique de l’un des héritiers d’une des plus grandes légendes de la musique.

 

Ayant retrouvé mes esprits, direction la zone appelée « Rock the Block », où règne une toute autre ambiance. Sur une toute petite estrade, une contrebasse, et un chanteur muni d’une guitare. Au plafond, une vingtaine de lampes rondes chinoise sur lesquelles des lumières de différentes couleurs dansent sont pendues. Les chansons du groupe folk-rock Pee Wirz sont principalement des balades jouées avec une très grande délicatesse. Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et je continue mon chemin.

 

Retour à  la case départ, au « Casino 20 minutes », sans savoir ce qui m’attends. Je découvre alors Solange la Frange sur scène. J’avais déjà  beaucoup entendu parler de ce groupe sans jamais avoir eu l’occasion de les entendre. L’énergie qui circule lors de ce concert, que ça soit de la part de la chanteuse se défoulant sur une pauvre cymbale brisée ou du public déchaîné, me laisse bouche-bée pendant toute la prestation ! Je me réjouis déjà  de les revoir en concert !

 

De retour à  la grande scène c’est au tour du duo mexicain, Rodrigo y Gabriela, de mettre le feu à  leurs cordes de guitare. « Leur CD est déjà  génial, mais là  ils étaient vraiment impressionnants ! » nous dit un spectateur. Je ne reste pas bien longtemps, car Lesley Meguid monte sur la petite scène du « Rock the Block ».

 

C’est enceinte et avec son mari à  la basse que Lesley Meguid, l’ancienne chanteuse du groupe Redwood chante ses chansons solos. Son style plutôt folk a trouvé une très bonne harmonie avec l’ambiance du « Rock the Block ». C’était un moment de pur plaisir.

 

Links