Culture | 25.07.2011

Succès pour Jamel Debouzze

Texte de Joëlle Misson
Pour la dernière soirée de l'édition 2011 de Paléo , Jamel Debouzze nous dit « Tout sur Jamel » et attire, tel un aimant, la casi-totalité des festivaliers autour de la Grande Scène.
Jamel Debouzze sur la Grande Scène du Paléo. Explosion de couleurs lors des feux d'artifices. Photos: Joëlle Misson

La musique démarre et après quelques secondes, Jamel débarque, de bonne humeur, sautant et dansant sur scène. Dimanche soir, il semble que tous les festivaliers présents sur la Plaine de l’Asse soient rassemblés, tels une fourmilière, autour de la Grande Scène, où Jamel se produit à  21h15. Pas besoin de l’attendre, il est à  l’heure et met tout le monde immédiatement dans l’ambiance. Il commence même par descendre faire la bise à  une spectatrice debout au premier rang. Ruées et mouvements de foule dans l’espoir de toucher ne serait-ce qu’un cheveu de l’humoriste se font sentir pour ceux qui se trouvent au milieu de la foule. « Hee t’a mis du fard’n’night toi! » dit-il à  celle qui deviendra sa « victime » pour la soirée. Il rit avec le public, le complimente… et l’insulte un peu aussi… « Vas-y toi.. lâche-moi! Nique pas mon spectacle! » mais avec humour.

 

« Ce soir je balance tout! Rien à  foutre! ».

Comme toujours, les spectacles de Jamel sont inspirés de ses expériences personnelles, de son passé, de sa famille. Son père, sa mère, son frère Karim, ces personnages que l’on retrouvait dans son dernier spectacle « 100% Debouzze » réapparaissent pour notre plus grand bonheur. Mais ce soir, deux nouvelles personnes font partie de son show; sa femme et son fils. Et entre le récit de la rencontre sur le plateau d’  « Astérix et Obelix », des magasins de bougies (« c’est à  ce moment là  que vous vous rendez compte que vous êtes amoureux: vous allez dans un magasin de bougies avec elle…Et en sortant vous espérez que personne ne vous a vu! ») de la rencontre avec les beaux-parents, du mariage, de la naissance de son fils et de la circoncision – oui,oui – Jamel ne laisse pas de place aux sujets « tabouche » – comme il le dit – « les sujets ferme ta bouche ».

 

L’humoriste parle aussi de religion, affirme qu’il croit en Dieu, et avertit les spectateurs parce que « Dieu entends tout, il voit tout! Même fard’n’night!». « ‘Sont tarés ces athées! » dit-il sur le ton de la rigolade. Mais au milieu des rires, l’artiste touche parfois presque aux larmes. La vie de Jamel, enfant des rues, sorti de la dèche grâce à  son talent, et surtout sans prise de tête, remplit d’émotion un public conquis, aux oreilles grandes ouvertes et aux yeux pétillants. Tout ce qu’il raconte est du vécu, même si on peut en avoir le doute à  maintes reprises. Ainsi, au Comedy Club – lieu où les talents théâtraux ou musicaux repérés par Jamel peuvent se produire – , il a accueilli l’équipe de foot de France, les Black Eyed Peas, et… Justin Bieber! Les Black Eyed Peas on veut bien… mais Justin Bieber, le public rigole…

 

Emotions garanties

Comme pour montrer au public que ses sketchs sont le reflet réel de sa vie, et terminant ainsi un spectacle intitulé « Tout sur Jamel » en beauté, les deux écrans géants de la Grande Scène diffusent plusieurs images de sa jeunesse, ses parents, sa femme, son fils… et Justin Bieber au Comedy Club! Maints événements et personnes au sujet desquels il a fait rire le public aux éclats sont visibles, ici, devant nos yeux. Vrai moment d’émotion suivi de tonnerres d’applaudissements à  la réapparition de Jamel de derrière le rideau blanc, qui salue le public chaleureusement avant de disparaître pour de bon et de laisser la foule se mouvoir en troupeau direction les bars ou les toilettes.

 

Le temps de se désaltérer et de se dégourdir les jambes, les festivaliers sont de retour aux alentours de la Grande Scène pour assister avec émerveillement aux habituels feux d’artifices qui captent tous les regards, tournés vers le ciel, dans un moment de pure magie et d’explosion de couleurs.