Culture | 02.05.2011

Balélec : tempête de son sur l’EPFL

Texte de Juliette Ivanez
Chaque année au mois de mai, une curieuse métamorphose s'opère au sein de l'EPFL d'ordinaire si austère. Avez-vous déjà  vu l'une des écoles les plus réputées de Suisse se transformer, le temps d'une nuit, en un dancefloor géant à  ciel ouvert ?
Grande Scène, Balélec 2010, source: www.balelec.ch

Le 13 mai aura lieu le festival Balélec, à  l’Ecole polytechnique de Lausanne. Cette manifestation, organisée par une poignée d’étudiants bénévoles mais non moins compétents et dévoués, présente cette année sa 31ème édition. Balélec est loin d’être un festival d’amateurs, et il entraîne derrière lui un énorme effort de logistique et d’organisation : l’année dernière, 15000 festivaliers s’étaient pressés aux portes du site pour se délecter d’une programmation pointue, pêchue et éclectique.

 

Un grand parmi les grands

A l’origine modeste bal organisé par les étudiants en électricité, le festival made in EPFL a su grandir, s’imposer et dépasser les frontières : ses chiffres de fréquentation en font aujourd’hui le plus grand festival étudiant d’Europe. Dans le souvenir de la triomphale 30ème édition de 2010 (qui mettait en lumière entre autres Alpha Blondy, Massilia Sound System ou Marvin), on se remémore également les temps forts de Balélec, qui a accueilli entre bien d’autres Radiohead en 1994 et Nada Surf en 1997.

 

« Une programmation à  faire pâlir plus d’un amateur de concert open-air »

Aucun doute, petit Balélec est devenu grand. Cette année, le campus accueillera pas moins de 5 scènes et 3 clubs avec une programmation « qui défrisera les plus frileux », promettent les organisateurs. Les Wampas, tête d’affiche de cette édition 2011, feront sans aucun doute souffler un vent de bonne humeur sur Ecublens. C’est encore sans compter sur le gros son electro de SebastiAn ou du duo français Make The Girl Dance. La Jamaïque s’invite, et le programme s’habille couleurs reggae avec The Congos ou encore The Abyssinians. Et comme il y en a pour tous les goûts, l’américain Kurtis Blow saura apporter une touche de funky hip-hop.

 

Côté pratique, comme toujours tout est prévu. Navettes pour Lausanne et agglomération, bus inter-villes, parking ou encore covoiturage, Balélec est définitivement le grand festival de la porte à  côté.

 

Les tickets sont en vente sur internet et à  l’EPFL, au prix de 30CHF jusqu’au 13 mai (sinon 40CHF sur place le soir même). Alors rendez-vous le 13 mai avec l’équipe de Tink.ch pour une bonne dose de son !

 

 

Links