Culture | 09.04.2011

De beaux moments capricieux

Entre surprises, hystéries, émotions et explosions, le Caprices Festival se poursuit de plus belle.
Aaron Bastian Baker

Une belle surprise pour commencer ce festival avec le jeune Bastian Baker qui a su entraîner un public au travers de ses mélodies pop-folk. Découverte pour moi, hystérie pour d’autres pendant les chansons de cet interprète à  la gueule d’ange. Une musique accrocheuse, un son diablement entraînant et des textes sincères et émouvants, une belle pépite du Caprice festival!

 

Un public alors bien réveillé et qui s’est déchaîné de plus belle pour la venue de Julian Perretta, scandant les paroles et vibrant au rythme de sa musique pop. Explosion de sons, chanteur pétillant sur scène et un public qui ne s’est pas fait prier pour se lancer entraîner dans cet univers aux airs de rock.

 

Mais un autre concert avait lieu en même temps, cette fois dans une atmosphère plus calme, empreinte de notes de mélancolie. AaRON a su faire plonger son public dans son univers sombre mais aux notes lumineuses. Oscillation entre pop et rock, moment magique où le public s’est laissé transporté sur des chansons empreintes de délicatesses et d’émotions, mêlées à  des accents plus rocks et écorchés. Des moments mélancoliques entrecoupées de jeux de lumière et d’explosions de chaleur et de danse. Un public sous le charme, attendant la chanson « Lily » pour la fredonner en une même voix.

 

Et pour terminer cette belle soirée, c’est la voix de la chanteuse Ayo qui a su charmer le public une dernière fois. Une voix douce, profonde et puissante pour nous entraîner dans ses chansons autant sentimentales que pleines de surprises. Présentation de son nouvel album Billie Eve, où cette fois la chanteuse a troqué sa guitare acoustique pour une électrique, enivrant son public de notes plus agressives. Un son plus rock, mais une voix toujours aussi feutrée et magnétique, hypnotisant son public malgré l’heure tardive.