Culture | 07.02.2011

Rien à  déclarer

Dès sa sortie en salle, le nouveau film de Dany Boon Rien à  déclarer fait un vrai tabac. Rien que le jour de sa sortie, c'est plus de 45'000 entrées qui ont été comptabilisées au Nord-Pas-de-Calais, qui a eu le privilège, tout comme la Belgique, de profiter du film une semaine en avance.
Source: streaming-trailer.com

Rien à  déclarer nous amène à  Courquain (Koorkin), situé sur la frontière franco-belge. D’un côté, il y a les douaniers belges dont Ruben Vandervoorde (Benoît Poelvoorde), un francophobe bien décidé à  pourrir la vie du plus grand nombre de français possible, alors que du côté français, l’ambiance est plus à  la bonne franquette avec Mathias Ducatel (Dany Boon) et ses collègues douaniers. Ruben attend impatiemment de voir sa sŠ«ur se marier avec un « bon belge », alors qu’elle sort en cachette avec Mathias. Suite au passage à  l’Europe, leur petit poste de douane va disparaître et les deux douaniers vont se retrouver à  travailler ensemble pour les Douanes Internationales.

 

Alors que l’avis général à  la sortie de salle était clairement positif, certaines critiques se sont fait un plaisir de descendre le film, en l’accusant d’être trop léger, fade, et sans réel scénario. Il est vrai que dans un sens le scénario n’est pas vraiment extraordinaire, les personnages sont tous très caricaturés et le film ne peut pas vraiment être qualifié de « profond ». C’est d’ailleurs avec uniquement de l’humour que ce film aborde le racisme et la tolérance. On peut donc comprendre les critiques à  l’égard de la légèreté de ce film tant attendu, mais une chose est sûre, le rire est au rendez-vous ! En effet, dès que les lumières s’éteignent, les éclats de rire s’enchaînent et se multiplient. Et on n’en attendait pas moins d’une comédie de Dany Boon. En effet, grâce à  Bienvenue chez les Ch’tis, son nom est devenu une marque de fabrique reconnue pour du rire garanti.

 

La comparaison avec Bienvenue chez les Ch’tis est d’ailleurs inévitable, mais elle est plutôt positive. En effet l’histoire des deux films est sensiblement proche, mais le fait que Rien à  déclarer parle de la Belgique et de la France, et non du Sud et du Nord français, apporte une ouverture au film. On sort du registre d’un film écrit par un français, qui se passe en France, qui parle des différences et préjugés au-sein des français, dont les blagues sont 100% françaises et qui est finalement premièrement destiné à  plaire aux… français.

 

Avec Rien à  déclarer, Dany Boon signe donc un film drôle et sans prétention. Sans prise de tête, il ne vous demandera pas une réflexion profonde sur notre société, et ne vous confrontera pas à  une morale monocorde et profonde. En bref, un film parfait quand on a simplement envie de rien de plus que rigoler un bon coup !