26.02.2011

Que reste-t-il…?

Texte de Joëlle Misson
Vous vous rappelez sûrement de l'action Tink.ch/ESL de l'année passée où deux tinkers étaient partis en séjour linguistique ? Alors, après une année, que reste-t-il de cette semaine ?
Photo de Joëlle Misson

Que me reste-t-il de cette semaine? Mon billet d’avion, des bouquins d’espagnol que j’ai gardé en me disant « il faudrait que je continue! », des photos, pleins de paperasse car j’ai tendance à  tout garder! Et évidemment de bons souvenirs!

 

Une semaine plus que mouvementée je dirais! Le premier jour, me voilà  déjà  perdue au milieu de Barcelone, trainant une grosse valise derrière moi, entre la Plaza Espanya et Catalunya. Autant dire que je me suis fait les mollets ce jour-là ! Impossible de trouver l’auberge où j’allais loger durant 5 jours! En fait j’étais passé devant une fois sans me douter une seconde que c’était là , ma maison d’accueil. En effet, rien à  voir avec ce que l’on imagine sous le nom « auberge de jeunesse » mais plutôt un vieil immeuble tout à  fait ordinaire qui, je n’en suis même pas sûre, doit servir à  loger des étudiants bon marché (ce ne sont pas les étudiants qui sont bon marché…). Situé juste à  côté d’un kebab ou quelques espagnols trainent sur de la musique latino. Mais on s’y habitue très vite et la concierge était d’une grande gentillesse, et l’appartement très grand! Seul inconvénient: pas de connexion internet.

 

Toute la semaine donc, j’ai du me rendre dans un bar avec wi-fi, ou rester à  l’école après les cours pour pouvoir faire un peu partager mon expérience sur Tink. Ce qui en devenait parfois fatiguant (ouais j’avais pas encore d’ordinateur extra-fin et léger, donc mon épaule a souffert durant mes longs allers-retours). Le bar-man du resto commençait à  me connaître, me voyant chaque soir, prendre la même chose « una Coca-cola ».

 

A l’école, j’ai eu deux profs super sympa, souriants, drôles et c’était vraiment un plaisir de les voir! Nous étions 6 dans notre classe de débutants; deux russes, une hongroise, une chinoise, une indienne, et moi! C’est là  que j’ai remarqué l’énorme différence entre les langues. Pour moi, c’était vraiment « facile » d’apprendre l’espagnol, des mots ressemblent au français, la grammaire à  l’italien, toutes des racines greco-latines, qui rend l’apprentissage de l’espagnol assez simple pour un francophone. Rien à  voir avec le russe ou le chinois! Et c’était plutôt dur pour ceux-ci.

 

Sur cinq jours, je ne peux pas m’en souvenir très bien, mais il me semble que je suis arrivée vraiment a l’heure deux jours au maximum. J’ai tout essayé; bus, metro, marche, et différents chemins, chaque jour j’avais l’impression de m’enfoncer dans une rue que je n’avais encore jamais vue. Incroyable! Les rues se ressemblent beaucoup et vous croyez vous être retrouvés quand vous vous rendez compte que vous ne savez plus où aller.

 

Mise à  part le fait que ma destination première devait être Berlin, et que c’était d’ailleurs pour cela que je m’étais inscrite à  ce voyage, cette semaine pleine de péripéties à  Barcelone est restée malgré tout une très bonne expérience pour moi qui aime les voyages et la découverte d’autres pays et cultures.