Culture | 30.01.2011

Good Charlotte

Texte de Dorine Venetz
Samedi passé, le groupe américain Good Charlotte a fait une escale aux Docks de Lausanne pour y donner un concert exceptionnel. Avant le show, DeanO et Paul, batteur et bassiste du groupe, ont pris un peu de temps pour répondre à  quelques questions...
Photo © Mégane Rossi

Ce n’est pas la première fois que vous venez en Suisse…

 

DeanO : Effectivement, on est déjà  venu plusieurs fois. On a joué dans quelques festivals et l’été passé, avant de faire notre propre show, on a joué avec Pink à  Berne. C’était génial d’être dans ce grand stade de 60’000 personnes. On devrait revenir cet été pour quelques festivals. En tout cas, j’adore ce pays, c’est un plaisir d’être ici.

 

Que pensez-vous du pays ?

 

Paul : Je ne connais pas super bien le pays, mais je pense que c’est, et je ne fais pas que le dire, je trouve vraiment que c’est le plus bel endroit d’Europe. Le dernier endroit où on a joué pour un festival l’année passée (Estavayer-le-Lac) après un autre concert à  Berne, était vraiment magnifique. Au bord d’un lac, avec des montagnes enneigées derrière… On ne voit pas ça à  L.A. ! On aurait dit que cette ville sortait tout droit d’un livre d’histoires. Les gens sont toujours vraiment gentils, chaque fois qu’on est là . Sinon, je ne connais rien à  la politique, ou à  l’économie ou ce genre de trucs sympas juste pour paraître plus intelligent. Mais j’en ai parlé à  ma mère : Maman, tu dois voir cet endroit, c’est magnifique !

 

DeanO : En Europe, en général, on a toujours un super public. Que se soit pour un grand ou un petit concert, comme ce soir, quoi qu’il en soit, il y a tellement d’énergie, c’est fou !

 

Pourquoi « Cardiology » comme titre de ce dernier opus ?

 

DeanO : Parce que ça vient du cŠ«ur…

 

Paul : En fait, l’album a été nommé avant d’écrire une seule chanson. On voulait qu’elles soient écrites et que l’album reste autour de cette idée là . Il n’y a pas forcément de message à  faire passer par cet album. Il faudrait plutôt demander ça aux jumeaux (Benji et Joel Madden). Mais le message que le groupe veut faire passer avant tout est de venir aux concerts, se laisser aller sur la musique en oubliant ses préoccupations, échapper à  tous ses problèmes et s’amuser ! C’est ce qu’on fait aux concerts et chaque personne qui y est déjà  venu le sait. Il n’y a rien que de l’énergie positive. On ne veut pas dire j’emmerde-ci ou j’emmerde-ça, tout le monde est là  pour passer un bon moment.

 

Que pouvez-vous dire sur le nouvel album ?

 

Paul : Personnellement, je trouve que c’est le meilleur album que nous ayons fait, c’est vraiment super de le jouer sur scène. Je pense que Joel et Benji (chanteur et guitariste du groupe) on fait un vraiment bon travail et ont écrit de bonnes paroles. Il y a une chanson qui me touche vraiment à  chaque fois « Right Where I Belong » est vraiment superbe.

DeanO : Ça nous a pris beaucoup de temps pour le faire. Je pense que ça fait partie du processus, de faire des enregistrements et des démos avec des gens différents. Il y a eu des évolutions pour trouver la place de chaque chanson, mais au final, on est vraiment fiers de ce que ça donne. On va en jouer quelques chansons ce soir, ce qui est pas mal excitant pour nous. Etre capable de jouer des nouvelles chansons, c-˜est vraiment super alors on se réjouit de le faire.

 

 

Quand vous êtes en tournée, vous allez dans beaucoup de pays mais la plupart du temps, vous ne pouvez même pas les visiter, ce n’est pas un peu difficile ?

Paul : Voir un pays en vacances ou le voir comme nous on le voit, c’est totalement différent…

 

DeanO : En tournée, on n’a pas beaucoup de temps. Par exemple, la semaine passée, on a joué 6 concerts différents. Normalement on joue et on repart 2 ou 3 heures après. Là , est dans le bus jusqu’à  ce qu’on se réveille dans une autre ville le lendemain, alors que pour nous c’est comme si c’était encore hier. C’est la même chose encore et encore…

 

Paul : Aujourd’hui on est plutôt restés bloqués dans le bus de tournée, c’est ce qui est dur dans la tournée. Mais quand on a des jours de repos…

 

DeanO : On a le temps. On vient d’avoir quelques jours à  Vienne, ce qui nous a permis de faire un tour. Mais en venant ici, on a pris une route assez cabossée alors la plupart d’entre-nous n’avons pas très bien dormis. Quand le bus s’arrête parfois, on a quelques heures en plus pour bien dormir.

 

Paul : Mais quand on a plus de temps, on est super heureux d’être dans une chambre d’hôtel et de dormir dans un vrai lit !

 

DeanO : Quand on est arrivés, on s’est mis à  travailler pour toute la journée, mais ce soir, on va sortir un peu avant de repartir à  4 heures du matin.

 

Paul : Le prochain pays c’est l’Allemagne.

 

DeanO : On a quelque chose comme de nouveau 6 concerts là -bas et après on va à  Paris. En tout cas merci au fans de venir nous voir et n’hésitez pas à  aller sur notre site pour plus d’infos !

 

Pour terminer, quels conseils pourriez-vous donner à  un groupe qui essaye de percer ?

 

DeanO : Je me souviens juste que quand j’étais petit, j’avais cette idée, en regardant des couvertures d’albums, en écoutant des groupes, ou en les regardant à  la télévision, que quoi qu’il arrive, c’était ce que je voulais faire. Ce que je pourrais dire à  un musicien qui essaye d’avoir du succès, nationalement ou internationalement, est que si tu ne laisses pas tomber, que tu crois en ce que tu fais et que tu travailles dur, tu peux y arriver. Certaines personnes vont te dire des choses qui ne sont pas nécessairement agréables, il faut juste passer au dessus et te concentrer, rester sur ton chemin et tu gagneras toujours !

 

Paul : Ignore les jaloux.

 

DeanO : Vas-y et réussi ! C’est ce que je dis et c’est ce qu’on fait.