Culture | 22.11.2010

13ème nuit du court

De vendredi à  samedi a eu lieu, à  Lausanne, la 13ème nuit du court-métrage.
Source : http://www.sortir.ch/get-data/event-image/big/5036.jpg

Au programme proposé par Swiss Films : Une bonne dose d’humour, des éclats de rire, un brin de mélancolie et quelques films plus poignants ; en noir et blanc, en chansons, en dessins animés… Bref les artistes se sont déchaînés, tous les styles et pays étant au rendez-vous ! Le tout dans une ambiance conviviale, où cinéphiles et simples curieux se sont rencontrés pour partager ensemble ces quelques heures de découvertes.

 

Ouverture avec le « Prix du cinéma suisse », présentant le meilleur de la production nationale. Mélangeant douceur, mélancolie et humour, une entrée pleine de promesse pour cette nuit du court. Puis changement de décor, où l’on passe aux séquences animées. Une entrée fracassante avec une parodie de la Belle au bois dormant, dans un 21ème siècle empreint de clichés des contes de fées. Une belle dose de satire à  savourer sans modération.

 

Ensuite s’enchaînent des courts métrages qui nous font voyager aux quatre coins du monde; en bateau, en train dévalant des pentes à  une vitesse folle ou encore en Gordini bleue, conduite par un hurluberlu masqué qui croit au pouvoir du bleu et veut défier les autorités qui ne vouent un culte qu’à  la douce couleur de l’orange. Un programme drôle, surprenant ou parodiant à  l’extrême notre monde de consommation, notamment avec la superbe animation « Logorama » : Prenant pour décor la ville de Los Angeles, uniquement constituée de logos, mettant en scène les fameux bonhommes Bibendum, flics pour l’occasion, pourchassant un Ronald McDonald transformé en tueur fou ! Oui oui, il faut s’accrocher lors de ce 2ème programme, plein d’étonnement mais surtout de découvertes.

 

Et pour continuer sur cette belle lancée, un autre thème, un autre style, avec deux courts métrages (enfin pas si courts que ça pour l’occasion) mettant en scène des voleurs de pacotilles, escrocs minables mais auxquels on s’y attache forcément. Cherchant leur salut au travers d’un enfant ou d’une jeune femme, ces escrocs tentent par tout les moyens de survivre. Sur un ton diaboliquement efficace, empreint d’une bonne dose d’humour, la soirée ne pouvait pas mieux continuer. Enfin plutôt début de la nuit, avec ce programme qui commence à  minuit, dans une atmosphère toujours vibrante mais où les spectateurs se font un peu plus rares. Qu’importe, le spectacle est toujours au rendez-vous ! Par contre, la suite du programme ne sera dédiée qu’aux vrais cinéphiles, peut-être à  certains insomniaques aussi.

 

Près de 2h du matin, sentant la fatigue me narguer, j’attends tout de même avec impatience la suite des événements. Un petit café, et hop c’est reparti ! Et ce fut 45 minutes de surprises et d’admiration. Pâte à  modeler, vraies images de films anciens remontées différemment, origami… tout est prêt à  prendre vie dans ce 4ème programme proposé par Swiss Films ; les « Classics Remix ». Un bel hommage au cinéma de l’époque, muet, noir et blanc, aux monstres aussi célèbres que Godzilla ou Frankenstein, parodies de films sombres, le tout se terminant par un Bruce Lee qui se révèle être maintenant un jouet débordant d’énergie. Le tout remixé à  la sauce 21ème siècle, avec une bonne dose d’humour souvent macabre et une superbe inventivité. Comme l’illustre ce court métrage mettant en scène un Š«uf (parfaitement, un Š«uf comme héros! ) qui se trouve être la victime d’un féroce mangeur et qui le massacre sans pitié. Un court métrage filmé façon Hitchcock, inspiré de la célèbre scène de la douche de son film « Psycho ». 3 minutes de régal ! Et 40 autres minutes de rire et de stupéfaction au vu des petits bijoux proposés lors de ce « Classics Remix » !

 

Puis pour clore cette belle nuit de courts et rejoignant les quelques 20 courageuses personnes restées jusqu’à  la fin, je me suis délectée avec les quatre derniers courts métrages, cette fois-ci en chansons. Absolument grandiose ! Mêlant horreur et humour, monstres aux allures de rockeurs, scouts et autres personnages burlesques. Frissons, rire et chansonnettes étaient au rendez-vous pour maintenir le public éveillé et surtout pour terminer cette belle nuit de courts métrages. En un mot? Pari réussi sur toute la ligne!