31.10.2010

Sur le plateau d’Infrarouge

Laurianne a participé au tournage de l'émission Infrarouge. Elle nous en raconte les détails.
Source: http://infrarouge.tsr.ch/ir/galerie-554-tous-pourris-dans-foot.html#

Mardi 26 octobre, direction les studios de la TSR pour l’émission d’Infrarouge: « Tous pourris dans le foot? » Une certaine excitation se fait sentir, un peu d’appréhension aussi. Pourtant, faire partie du public n’est vraiment pas ce qu’il y a de plus stressant! Juste penser à  se tenir un peu droit et ne pas trop s’avachir sur notre siège au cas où nos proches nous regardent, prendre un air intéressé si la caméra devait, à  tout hasard, balayer le public et éviter de bailler malgré l’heure tardive de l’enregistrement! Donc finalement rien de bien sorcier! Ah oui; écouter l’émission aussi…

 

Bref, après un petit verre de jus de pomme et quelques chips généreusement offerts, direction les studios, en file indienne, en attendant de voir de plus près à  quoi ressemble ce plateau télé. Le public est placé, selon les tailles des personnes, le sexe et la couleur des habits. Donc si vous venez avec quelqu’un, peu de chance de pouvoir être à  ses côtés. Aucune consigne n’est donnée, et pourtant le silence s’installe de suite sur le plateau. La table ronde au milieu attend ses intervenants, les caméras se préparent, le réglage des lumières se fait (on chauffe dessous d’ailleurs!). Quelques essais de prise de sons, de cadrages, et les intervenants arrivent, se placent, s’observent, relisent leurs notes et boivent une goutte d’eau histoire de se préparer au débat qui va commencer. Puis en dernier, arrive la présentatrice; Esther Mamarbachi. Le petit monde est donc maintenant au complet pour débattre, argumenter et se défendre sur le sujet de la corruption dans le foot. Une touche de maquillage, un coup de peigne, quelques paroles échangées, la musique est lancée, l’enregistrement commence. D’emblée, le cadre est fixé, des rôles sont imposés. Ce qui demande habileté, justifications et parades pour sortir de ce carcan; notamment pour l’avocat Michel Zen Ruffinen et ancien secrétaire de la FIFA, accusé de corruption, ayant donc une position difficile sur ce plateau.

Bon je l’avoue, le sujet ne m’intéresse que moyennement, le foot c’est pas vraiment ce qui me passionne. Mais gardons l’esprit ouvert et observons, ce n’est pas tous les jours que l’on peut assister à  une émission. Alors au final, j’ai surtout observé les faits et gestes, plus que je n’ai réellement écouté. Eh oui, honte à  moi! Mais c’est vraiment intéressant de voir ce décalage qu’il y a entre le regard porté à  l’écran et lorsqu’on est public. On fait plus attention aux faits et gestes, aux échanges de regard, au ton de la voix. Ah la joie de faire partie du public et d’observer certains éléments cachés. La disposition des intervenants qui signifient déjà  beaucoup sur leurs idées et convictions, des regards qui se perdent, qui sont flous; se croisent et s’entrecroisent au fil de la discussion. Certains invités lisent des notes, support afin de ne pas se trouver trop déstabilisés, d’autres sont des orateurs à  l’aise et qui le montre, par leurs gestes, leur attitude, leur position.

Un enregistrement d’une heure, où le débat s’anime rapidement, où des piques sont joyeusement lancées entre intervenants, chacun voulant faire entendre sa voix. Une présentatrice qui cadre tout cela, relance le débat, interrompt les intervenants et essaye de garder cette dynamique. Un public qui esquisse un sourire à  cause de certaines interventions, qui a mal aux fesses sur ces tabourets et qui prête une oreille plus ou moins attentive, le ventre gargouillant pour peaufiner le tout (bah oui, les 2-3 cacahuètes avant le début de l’émission n’ont pas vraiment calmé ma faim).

Puis le débat clos, les intervenants qui respirent un bon coup avec un gentil public qui applaudi à  la fin de l’émission et qui repart à  nouveau en file indienne en direction du buffet. Un petit sandwich, un verre de vin à  la main et une tartelette au citron comme dessert, rien de mieux pour bien terminer la soirée; alors que le débat continue, mais cette fois ci dans une atmosphère plus sereine et autour de petits fours…

 

Ähnliche Artikel