Culture | 23.10.2010

LUFF

Depuis mercredi, le Lausanne Undergroud Film & Music Festival (LUFF) bat son plein dans la cité lémanique. Avec sa sélection filmographique et sa programmation musicale gargantuesque, cette nouvelle édition a commencé tambour battant avec le film de Jan Svankmajer, Surviving life.
Source image: http://www.luff.ch/last/details/archive/2010/september/article/luff-9e-edition-programme-en-ligne/

Né à  Prague, Jan Svankmajer a réalisé plusieurs courts et longs métrages de qualité sans pour autant avoir une grande visibilité. En effet, distribuée de manière confidentielle, la plupart de ses Š«uvres n’a guère l’occasion d’être appréciée par le grand public. Il reste malgré tout reconnu par ses pairs dont Tim Burton, fervent admirateur de son travail.

 

22 ans après Alice, son plus célèbre film, il revient sur le devant de la scène avec Surviving life (vivre sa vie). Cet étonnant récit romantico-absurde montre l’importance des rêves et de leur nécessité d’être. Réalisé en fond d’une cave, Svankmajer parvient à  jongler habilement avec les stops motions (photo colorée animée) sur fonds de décors monochromes afin de plonger le spectateur dans cette ambiance surréaliste.

 

A travers Eugène, le personnage principal, le cinéaste tchèque nous fait découvrir ce double chemin de la réalité parfois morose et des rêves au parfum imaginaire. Dans le premier, Eugène mène une vie paisible aux côtés de sa femme et exerce un métier de bureaucrate sans saveur. Dans le second, qu’il emprunte seulement dans les rêves, il vit une histoire d’amour passionnante et fantastique avec une belle femme. Dès lors, désirant maîtriser ses fantasmes, il se tourne vers une psychanalyste qui va l’aider à  comprendre la signification de ses rêves et de ses désirs sous les yeux attentifs de Freud et de Jung.

 

A 76 ans, il signe là , une petite perle surréaliste autour du sens de la vie et des rêves et démontre bien qu’il n’a rien perdu de son talent. En signant cette première en Suisse, le LUFF a misé encore une fois la bonne carte avec cette pointe décalée et inédite représentative de ce festival.