Culture | 08.07.2010

Regina Spektor

Texte de Andrea Lucar
Andrea est l'une des tinkeuses immergées dans le Montreux Jazz Festival. Elles vous font vivre, de manière inédite, ce festival d'exception.
Regina Spektor

L’entrée sur scène de Regina Spektor a été passablement surprenante : elle était en larmes. Le ton de la soirée était donné. L’émotion de la scène n’avait rien à  voir avec cela puisque Regina nous apprend très vite qu’elle a perdu un être cher il y a peu (le violoncelliste du groupe s’est noyé la veille aux abords du château de Chillon).

 

A partir de là , ses chansons s’entrecoupent de sanglots et elle doit même s’arrêter à  plusieurs reprises. Par la suite, elle prie les journalistes de cesser de prendre des photos et elle s’interrompt, incapable de continuer à  chanter. Alors, son collègue violoniste prend le relai et interprète une chanson à  la guitare qu’il dédie à  leur ami décédé. Après cela, les trois musiciens se retirent. Mais le public les rappelle, ce qui n’était peut être pas de très bon goût vu l’état émotionnel des musiciens. Il n’y a que Regina Spektor qui revient et interprète plusieurs chansons au piano avec sa voix d’ange. Elle est toujours en pleurs lorsqu’elle quitte la scène.

En résumé, ce fut donc un concert terriblement triste et certainement décevant pour les festivaliers en quête de vibrations positives. Il y avait quand même un certain malaise à  être tous réunis autour de cette artiste inconsolable. En tout cas on ne pouvait pas critiquer le concert comme dépourvu d’émotions car elles débordaient tellement que certaines chansons ont dû être abrégées.

 

Quant à  sa voix, Regina Spektor possède un véritable talent même si, en l’occurrence, il aurait peut être mieux fallu annuler ce concert pour qu’elle fasse son deuil. Malgré tout, saluons le courage de l’artiste qui a continué à  chanter alors que les circonstances ne s’y prêtaient pas.