Politique | 19.06.2010

Soyez égaux !

Texte de Andrea Lucar
Le débat autour de l'insertion de la mention de l'égalité entre homme et femmes dans la Constitution genevoise fait rage, Andrea y met son grain de sel.
par cabal2007

Des féministes s’insurgent contre la décision de ne pas inclure un alinéa précisant que les femmes sont égales aux hommes. L’article proposé dans la Constitution genevoise sur l’égalité se présente comme suit : « Toutes les personnes sont égales en droit et en fait ».

 

Je ne comprends pas pourquoi il faudrait une mention spéciale concernant l’égalité homme-femme. Il me semble que le terme « personne » est suffisamment explicite et y inclut naturellement les femmes. Le fait d’insister sur l’égalité homme-femme discrimine car cela sous-entend que les femmes ne seraient pas logiquement comprises dans le terme « personnes ». C’est comme si, dans un autre alinéa, on tenait à  souligner que les noirs sont égaux aux blancs. Cette précision n’est d’aucune utilité puisque cela est déjà  précisé dans le terme « personnes » et, de plus, elle inscrit une différence de traitement entre les êtres humains.

 

Chacun devrait être considéré comme personne à  part entière et non par rapport à  son sexe ou sa couleur de peau, cela paraît logique. Pourtant, en cherchant à  lutter contre la discrimination des femmes de manière irraisonnée, les féministes créent en réalité une variante : la discrimination positive.

 

Si véritablement l’on cherche à  faire disparaître ces phénomènes discriminatoires, ce n’est pas en inscrivant des différences entre « personnes » dans la Constitution que les choses vont changer.

Malheureusement, les politiques actuelles vont, pour la plupart, dans ce sens. L’instauration des quotas en politique ou dans les entreprises en est un des exemples les plus flagrants. En effet, la discrimination c’est aussi de choisir des candidats selon leur sexe, leurs origines ou leur couleur de peau plutôt que selon leurs compétences et aptitudes. Dans ces cas-là , le macho de base et la féministe se rejoignent car les deux ne considèrent que le sexe de la personne pour prendre une décision (favorable ou défavorable).

 

Ainsi, de la même façon, la célébration du fait qu’il y ait plus de femmes ou de noirs à  l’Assemblée fédérale est absolument ridicule et terriblement discriminatoire. C’est comme si on se réjouissait qu’il y ait un certain taux de roux ou d’homosexuels au Parlement. En quoi est-ce pertinent ?