Culture | 14.06.2010

Caribana LIVE

Texte de Chloé Vecten
Vendredi soir la pluie aussi dansait au Caribana. Le récit de Chloé.
Photo officielle de Faithless

« Un Caribana sans pluie n’est pas un Caribana » et ce n’est pas les robes printannières des artistes de vendredi soir qui contrediront cet adage. La pluie s’est en effet invitée à  Crans et ce dès les notes du concert des britanniques d’Oi Va Voi sur la grande scène.

 

Au son d’instuments rarement combinés sur scène (cuivres et violon) et de la voix profonde de la chanteuse, les sept électrons musicaux de la formation ont proposé une prestation de qualité allant du funk à  l’electro tout en passant par des moments pop.

 

Un cocktail d’horizons différents pour un rendu « musique du monde », qui aura su démarrer la soirée avec l’énergie qu’il fallait. Peps qui ne s’est visiblement que très peu transmis à  Yodelice, qui émettait déjà  quelques notes lorsque Oi Va Voi terminait devant un public plus clairsemé car nombre de personnes avaient déjà  fait le déplacement jusqu’à  la scène du Lac.

 

Mal leur en a pris…excepté les tubes à  la mélodie accrocheuse que tout le monde connaît, les moments musicaux traînent en longueur et le coup de fouet rock attendu n’est arrivé que sur la fin du concert. Pour rattraper un poil l’ambiance il a bien fallu que Micky Green use de certains arguments (short court, gueule d’ange et…pluie!) pour agrémenter sa pop glamour. C’est dans cet univers feutré et aux sons groove que Micky Green ose lancer des moments plus discos empêchant ainsi des morceaux pop de tomber dans la banalité et réveillant des festivaliers quelque peu humides.

 

« The Asteroids Galaxy Tour » qui jouaient juste avant Faithless, ont eux arrêté la pluie et transporté le parterre de festivaliers sur une autre planète. Ces derniers auront également pu apprécier la chanteuse à  la voix enfantine et sexy, un doux mélange sur une musique Pop Grunge.

 

Des prestations allant crescendo pour enfin accueillir Faithless, le groupe mythique de la Pop électro dans l’euphorie générale. Le groupe a déchaîné le public dès la troisième chanson « God is a DJ ». Avec leur mise en scène futuriste, leur beat qui prend aux tripes et un son électro précis, les anglais ne pouvaient qu’enmener le public avec eux.

 

Mention spéciale au dynamisme de la batteuse et à  son époustouflante batterie agrémentée d’une armature de percussions au-dessus de la musicienne. Faithless a littérallement fait délirer la foule sur « Insomnia », leur tube archi-connu sorti il y a pourtant déjà  12 ans. Ils finiront de conquérir le Caribana avec « One » et ses effets de lumière psychédéliques.

 

Après trois soirées réussies, le samedi qui affiche complet promet de clôturer les quatre jours en beauté.