29.05.2010

Et un jour, l’Homme fut !?!

Texte de Andrea Lucar
Darwinisme et Créationnisme sont des mots très à  la mode ces jours. Notre tinkeuse Andrea s'interroge sur le rôle de l'école dans ce débat.

Le débat sur les origines de l’humanité est particulièrement sensible ces jours-ci avec la tenue de la conférence créationniste de Harun Yahya à  Genève. Vous aurez certainement vu les affiches un peu partout en ville réfutant la théorie de l’évolution de Darwin.

L’agitation qui entoure cette conférence me rappelle ces débats aux Etats-Unis sur l’insertion du créationnisme, comme théorie sur les origines de l’humanité, dans les programmes scolaires. C’est une véritable foire d’empoigne entre les tenants du darwinisme et les créationnistes.

La grande question étant : Quelle théorie enseigner à  nos enfants ?

Comme dans beaucoup de débats, la question est mal située. En effet, il ne s’agit pas de savoir qui a raison entre les darwinistes et les créationnistes. Ce qu’il faut se demander c’est quel rôle doit remplir l’école. L’éducation sert-elle à  former des personnalités libres et capables de se forger leurs propres opinions ? Ou sert-elle à  reproduire des idéologies communément acceptées ?

Personnellement, je pense que le rôle de l’école est justement de former des esprits à  la critique pour leur permettre de formuler leurs propres opinions. L’information et, surtout, sa diversité, sont fondamentales pour formuler un raisonnement personnel. C’est pourquoi, la censure du créationnisme à  l’école me paraît en contradiction totale avec la fonction même de l’éducation. L’école devrait, à  mon sens, présenter toutes les théories existantes sur une même matière, même si certaines peuvent paraître plus farfelues que d’autres.

La fonction de l’école n’est pas d’endoctriner, mais, au contraire, de présenter les différentes alternatives pour que l’élève puisse déterminer  librement quelle théorie lui paraît la plus vraisemblable. Ainsi, les écoles ne devraient pas trier les informations qui peuvent être enseignées. Si l’une des théories paraît complètement aberrante, l’élève s’en rendra compte tout seul par son seul travail de réflexion. En le privant de ce travail intellectuel, il ne fera que répéter ce que ses professeurs lui ont dit sans y avoir réellement réfléchi.

En résumé, que l’on descende du singe, de Dieu, ou des extraterrestres, là  n’est pas la question. Chacun a le droit de penser ce qu’il veut et d’exprimer ses opinions en fonction de cela. L’école devrait être un terreau de réflexion mettant à  disposition les différents courants de pensée pour que chacun puisse déterminer librement lequel lui paraît le plus crédible, et non un mode de reproduction d’une pensée unique.

Ähnliche Artikel