Sport | 24.04.2010

P’tit micro-tennis ?

Texte de Xavier Willemin
Voilà  une nouvelle mode. Celle de faire des doubles de tennis avec de grandes stars de ce sport pour la bonne cause. Pour rendre le tout attractif, un système de microphone a été mis en place.

Peut-être avez-vous entendu parler du tremblement de terre en Haïti. Des milliers de victimes se sont retrouvées dans le besoin. Une aide massive de la part de la Terre entière a été déployée. Cette cause a spécialement touché les sportifs d’élite qui gagnent beaucoup d’argent pour taper dans la ba-balle. Enfin il peut être utilisé à  bon escient. Je ne veux pas dire que c’est le cas de tout le monde, mais une grande controverse salit depuis quelques temps les salaires faramineux des sportifs.

Ce n’est malheureusement pas le sujet de mon article. Je suis loin de vouloir remuer le couteau dans la plaie sur ce sujet-là . J’aimerais par contre parler de cocktail : sport, mode, humour et charité. Vous allez me dire que ce n’est pas possible de combiner tout cela. Et vous avez raison. Tout cela mène au grand clash. Quand quatre sportifs à  la mode se mettent à  déconner pour soutenir des gens dans le besoin, ça donne ça ! La version avec les commentaires en français n’est malheureusement pas disponible (TF1 a fait retirer la vidéo de Youtube).

La mode a été lancée fin janvier lors de l’Open d’Australie pour les victimes du terrible séisme en Haïti. Je suis sûr que vous savez de qui vient l’initiative… et oui, encore Federer ! Cet homme a un cŠ«ur presque aussi gros que sa raquette. Il a donc invité ses amis pour faire quelques matchs exhibition. S. Williams, Clijsters, Nadal, Roddick et Djokovic ont notamment répondu présent à  l’appel du maître.

L’idée est de faire payer quelques dollars aux spectateurs qui seront totalement redistribués à  Haïti. Pour rendre le match plus attractif, un système de microphones a été mis en place pour faciliter la communications entre les joueurs. Le succès à  été immédiat et total. L’expérience a donc été réitérée deux mois plus tard pour la reconstruction de ce pays littéralement ravagé. Et oui, après l’aide de premier secours, il faut bien penser au futur, à  l’avenir !

Seulement voilà , chaque joueur de tennis qui se respecte à  ses petits tocs ou habitudes. C’est donc le sujet principal de conversation. Imiter l’autre le plus fidèlement possible. Agassi avec ses tous petits pas avant de servir, Sampras et sa pingrerie, Federer l’homme parfait ! Il y aurait de quoi faire un livre. Seulement, il y a des choses qui ne se disent pas. Agassi l’a compris au prix d’un joli jaune-balle-de-tennis dans le bras.

Pour la petite histoire : Nadal, ne parlant pas l’anglais, n’a pas dû passer un bon moment. Il n’a participé qu’à  très peu de dialogues et n’a pas du tout saisi les enjeux de la chamaillerie Sampras/Agassi. « Je n’ai rien compris. Non, c’est la vérité ! Ils parlaient très vite pour moi. Vous, vous avez compris ce qu’ils racontaient. Pas moi. Du coup je n’ai senti aucune « tension » dans leurs dialogues. », nous dit Nadal.

Xavier Willemin

Ähnliche Artikel