Culture | 16.10.2009

Echec musical

C'était la première comédie musicale professionnelle de Suisse romande, et ça n'a pas marché ; mais enfin pourquoi ?

L’échec des comédies musicales

 

C’était la première comédie musicale professionnelle de Suisse romande, et ça n’a pas marché ; mais enfin pourquoi ?

 

«Comédie Musicale Suisse SA» a été créée très récemment pour combler le manque de spectacles musicaux en Suisse et leur première tentative coule financièrement. Pourtant le spectacle a été unanimement salué comme une réussite.-¨Est-ce que le problème viendrait des Suisses, peu enclins aux comédies ?

 

Bien au contraire ! Les sondages montrent un grand intérêt de la part du public et les films musicaux – tel que « Mamma Mia », par exemple – ont même plus de succès en Suisse qu’en France!-¨ La publicité a largement été assurée avant le spectacle, peut-être pas assez pendant celui-ci toute fois.

 

Le prix des places (entre 50 et 160 CHF environ) était plus qu’abordable si l’on considère la qualité présentée par la trentaine d’artistes sur scène ; il y en a bien qui s’arrachent en quelques heures sur internet des places à  400 CHF pour une seule chanteuse, – de talent, là  n’est pas question- Mylène Farmer !

 

La cause vient peut-être du fait qu’elle n’a pas d’école de comédie musicale. -¨Et c’est le cercle vicieux qui s’installe : on se dit : «à  quoi bon monter une comédie musicale ? Personne n’est intéressé, il n’y a pas d’école !» Et de l’autre côté : «à  quoi bon monter une école ?»

 

«Ça n’a pas l’air de les intéresser, il n’y a pas de spectacle!» -¨Et voilà  ! Là  où tous les autres pays mettent ensemble et le plus naturellement du monde le chant, la danse et le théâtre, nous séparons ces trois arts. Dans la plupart des écoles étrangères, un comédien suivra des cours certes de théâtre, mais aussi de danse et de chant. De même, un danseur suivra avec assiduité ses cours de danse et bénéficiera de plusieurs cours de chant et de théâtre par semaine.

 

Chez nous, c’est danse pour les danseurs, chant pour les chanteurs et théâtre pour les comédiens. Le hic c’est que les comédies musicales exigent les trois performances…-¨Bien sûr, il y a eu des tentatives d’école ; mais pas au niveau professionnel, et la plupart de ces projets ont avorté.

 

Voilà  le nŠ«ud du problème où il faut réagir : créer une école de comédie musicale ou au moins mélanger ces trois branches dans les écoles d’art, plutôt que créer une organisation sans point de départ. Former des artistes avant de lancer une production serait tout de même un peu plus intelligent.