Politique | 17.11.2012

Dans la peau d’un journaliste

Du 15 au 18 novembre, près de quarante Tink-reporters venus de toute la Suisse se retrouvent à la Session des jeunes pour leur plus grand reportage de l´année. C´est une institution: cet évènement est l´occasion rêvée de se glisser quelques jours durant dans la peau d´un journaliste professionnel.
  • Vendredi au Parlement Fribourgeois, l’équipe Tink a déjà un oeil sur les évènements

    Bild: - 1 / 13

  • En pleine nuit, le montage du feuillet de quatre pages avance pas à pas

    Bild: - 2 / 13

  • Et au petit matin, 350 exemplaires sont imprimés et prêts à être distribués

    Bild: - 3 / 13

  • La journée du samedi commence par une réunion de planification avec tous les reporters présents

    Bild: - 4 / 13

  • Il a fallu se lever tôt pour disposer les magazines sur les tables du Palais Fédéral avant l’arrivée des participants

    Bild: - 5 / 13

  • Se faufiler pour prendre les meilleurs clichés

    Bild: - 6 / 13

  • Léonore, reporter de Genève, saisit l’occasion de questionner le Conseiller fédéral Alain Berset

    Bild: - 7 / 13

  • Dans la grande salle du Palais Fédéral, l’ambiance est effervescente entre les interventions des invités

    Bild: - 8 / 13

  • Les rédacteurs gardent une oreille ouverte sur tout en permanence…

    Bild: - 9 / 13

  • …et les photographes sont toujours à l’affût d’un bon cliché

    Bild: - 10 / 13

  • Anne, également de Genève, interviewe les nominés du Prix Jeunesse

    Bild: - 11 / 13

  • Au centre de presse du Palais Fédéral, le sérieux est de mise...

    Bild: - 12 / 13

  • ...à quelques exceptions près!

    Bild: - 13 / 13

Les deux premiers jours du reportage, les jeunes journalistes de l’équipe Tink sont disséminés dans les régions à Fribourg, Zürich et Bellinzona. Et le vendredi soir, après déjà plusieurs contributions publiées sur le site internet du magazine, les brebis égarées sont appelées à se rassembler près de Berne, dans la sympathique maison de quartier qui abrite les bureaux de Tink. Les plus assidus veilleront toute la nuit afin d’assembler la maquette d’un feuillet de quatre pages, imprimé dans la foulée et distribué aux participants de la Session des jeunes le jour suivant.

Samedi matin, place aux choses sérieuses. Les reporters prennent leurs quartiers au centre de presse du Palais Fédéral, depuis lequel ils quadrillent durant tout le week-end le programme de la Session. L’emplacement est idéal: ils n’ont qu’à traverser la rue pour pénétrer dans l’antre du gouvernement helvétique, une fois effectués les contrôles de sécurité de rigueur. L’ambiance est studieuse et le travail ne manque pas: entre un sondage parmi les participants et une interview avec un conseiller fédéral, pas le temps de souffler. Quand on demande à Anne, Tink-reporter venue de Genève, ses premières impressions sur le reportage, elle répond: «Impressionnant. Une telle effervescence! Je ne savais pas à quoi m’attendre, et je vois que là on joue vraiment dans la cour des grands». Eva, bernoise d’origine, est une habituée de la maison. Elle participe à son troisième reportage à la Session des jeunes, sans jamais s’en lasser: «C’est chaque fois un nouveau défi. L’évènement peut chaque année être abordé sous un angle différent, et l’ambiance au sein de l’équipe est toujours aussi géniale».

Mais l’histoire ne s’arrête pas à la fin du week-end. Les journalistes en herbe continueront à travailler leurs textes pour un magazine de 32 pages, qui sera édité à la fin du mois de novembre. Et pour ceux qui seraient tentés par l’aventure, rendez-vous l’année prochaine!